A Tonnay-Charente, on peut cultiver ses légumes en ville

Publié le 8 mars 2017 | Une / Vie quotidienne

Le terrain est en cours d’aménagement, mais il accueillera bientôt des promeneurs et des jardiniers

Un deuxième projet de jardins partagés verra bientôt le jour à la Varenne. Une réunion d’information est organisée mi-mars, et des parcelles sont encore disponibles.

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir cultiver ses propres fruits et légumes, même en pleine ville ? Si ce souhait d’autonomie alimentaire vous a déjà effleuré l’esprit, vous serez sûrement de ceux qui assisteront à la réunion publique du 17 mars à Tonnay-Charente. A cette occasion, la municipalité présentera son projet de potager collectif, qui sera situé entre le parc de la Varenne et le cimetière. Annoncé depuis un peu plus d’un an, il en est aujourd’hui à sa phase de travaux, et la ville espère l’ouvrir à la fin mai en organisant un grand pique-nique collectif.

Concrètement, il s’agit d’un projet de 15 parcelles (voir carte en page 2) de 100 m2 chacune, adaptables en fonction des besoins et des envies de chacun. Le site sera clôturé pour ne permettre l’accès qu’aux jardiniers.

Cinq parcelles disponibles

Deux points d’eau seront mis à leur disposition, mais Ludovic Texier, adjoint à l’urbanisme et à l’environnement, espère mettre en place un système de récupération des eaux de pluie. La réflexion sera lancée en 2018.

Pour détailler le projet, une réunion sera organisée le 17 mars prochain avec les élus et l’association Jardinot, qui gérera le potager collectif. Il s’agit de présenter le projet, l’association et les modalités pour s’inscrire. Dix parcelles sont déjà attribuées, il en reste donc cinq de disponibles. Si la ville reçoit trop d’inscriptions, elle conservera tout de même une liste d’attente pour remplacer les éventuels désistements.

En parallèle des jardins partagés, la ville compte transformer le terrain en site de promenade pour la population. A l’entrée du parc, un verger avec une vingtaine d’arbres fruitiers sera planté en octobre pour que chacun puisse se servir librement. On y verra des pommiers, des poiriers, des pruniers, des pêchers et des cerisiers. De quoi agrémenter un pique-nique quand les beaux jours seront de retour.

Favoriser le lien entre habitants

Justement, un espace pique-nique sera prévu juste en face avec des tables adaptées aux personnes handicapées. Pour compléter le tableau, un cheminement piéton et cycliste traversera le site pour raccorder l’allée de la Croix-Biron et la rue des Tilleuls. Le site est idéalement placé, puisqu’il se situe à proximité d’un parking, des écoles et d’habitations. De quoi favoriser le lien entre habitants.

Pour aller plus loin, Ludovic Texier imagine aussi l’organisation de Temps d’activités péri-éducatifs (TAP) sur une ou deux parcelles du potager collectif. L’idée est que les enfants puissent apprendre à jardiner, et les bénévoles prendraient le relais lors des vacances pour entretenir les parcelles. Une manière de toucher les parents à travers les jeunes, et si l’engouement est au rendez-vous, l’élu n’exclut pas de trouver de nouveaux espaces pour monter un nouveau potager collectif.

Réunion publique : vendredi 17 mars à 18 h 30 en mairie, salle du conseil.



Laissez un commentaire

Validez votre commentaire : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.