Breuil-la-Réorte : la distillation ambulante préservée

Publié le 17 décembre 2018 | Chez nous / Surgères et alentours / Une

Georges Magny se déplace pour distiller la récolte de chaque bouilleur de cru composée d’au moins 40 litres de vin ou de jus de fruit très filtré

Passionné de distillation, Georges Magny a repris un alambic et l’activité de distillateur ambulant.

Georges Magny, 28 ans, a obtenu un Bac agricole à Saintes et un BTS viticulture/œnologie à Cherves-Richemont. Dès sa sortie d’apprentissage, il a commencé sa première année de distillation chez un bouilleur de profession dans la région de Cognac. Depuis sa plus tendre enfance, Georges a toujours vu l’alambic s’installer dans son village. « J’avais l’habitude de le voir fonctionner par Guy Bois, son propriétaire installé à Saint-Porchaire qui a décidé de cesser son activité quand il a eu 80 ans », explique le jeune homme.

Avec la retraite de Guy Bois, c’est toute une histoire qui allait s’arrêter. C’était sans compter sur la passion de Georges, qui a voulu faire perdurer la tradition. « Peu de personnes étaient intéressées par la reprise de cette activité, je me suis lancé et j’ai acheté ce vieil alambic entièrement en cuivre qui date de 1946 ». Il n’y a que trois distillateurs ambulants sur le département, pour 530 en France.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 13 décembre.



Les commentaires sont fermŽs !