Cafés de villages, ce n’est pas toujours le blues au coin du zinc

Publié le 6 septembre 2019 | Actualité / Le choix de L'HEBDO / Une

Le café de la gare de Saint-Ouen-d’Aunis, véritable émulateur de lien social

Alors que ces dernières années les cafés de villages et les commerces de proximité ferment à tour de bras, certains zincs gardent le sourire et mériteraient presque d’être déclarés d’utilité publique.

L’accent mis à part, la scène qui se déroule ce samedi matin place de l’église à Andilly est digne d’un Pagnol : « Dis donc Jérôme t’es ouvert ce week-end ? » « Mais non, tu sais bien que c’est seulement tous les premiers week-ends du mois », lui répond celui qui depuis 14 ans a repris le Café de la gare de Saint-Ouen-d’Aunis.

Lui, c’est Jérôme Bouzon. Le technicien du ferroviaire ne se présentera pas aux prochaines élections municipales. Mais à l’inverse de bon nombre d’autres qui auront à ce moment-là pour principal slogan, « nous allons créer du lien social », le propriétaire du Café de la gare ne parle pas au futur.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 5 septembre.



Les commentaires sont fermŽs !