Charente-Maritime : elle a pris fait et cause pour les lévriers

Publié le 17 mai 2017 | Actualité / La semaine / Une

Sylvie Texier, une ardente militante de la cause animale.

Voici dix ans déjà que Sylvie Texier est acquise à la cause des lévriers espagnols. Son association en a déjà sauvé 500.

Sylvie Texier a transformé l’ancienne abbaye de Charron en une véritable arche de Noé. Lorsque l’on y arrive, difficile de passer inaperçu. Ryana, Picaro, Pedro et les autres vous accueillent, dans un concert d’aboiements, juste le temps de vous adopter.

Et c’est bien d’adoption dont il s’agit au 59 rue des Groies. Dernièrement, les Texier ont construit une chatterie. Elle héberge déjà une vingtaine de chats abandonnés. D’ici quelques semaines, une nurserie ouvrira ses portes.

Recueillir et réussir à placer les animaux abandonnés, ou voués à une mort certaine, c’est le lot quotidien de cette drôle de famille d’accueil. Mais plus que tout, Sylvie Texier et les membres de son association Lévriers et Compagnie, fondée en 2008, ont pris fait et cause pour les lévriers Galcos et Podencos.

« Considérés comme un outil de travail »
Il s’agit de chiens élevés en Espagne pour chasser le lièvre. «  Dans ce pays, le lévrier n’est pas considéré comme un animal de compagnie, mais comme un outil de travail « , explique Sylvie Texier.

Alors, lorsque arrive la fin de la saison de chasse, les Galcos et les Podencos sont abandonnés voire pour certains d’entre eux littéralement assassinés par leurs maîtres. Une tradition ancrée dans les mœurs, même si Sylvie Texier concède que,  » les choses commencent à bouger en Espagne « .

Mais en attendant ce qui pourrait être considéré comme une véritable révolution, une fois par mois depuis 2008, la présidente de Lévriers et Compagnie, prend le volant de sa camionnette en direction de l’Espagne. Sur place et en partenariat avec trois refuges espagnols, elle prend en charge une petite dizaine de lévriers, destination les 20 familles d’accueils que compte son association ou des adoptants. «  Nous donnons au refuge pour chaque animal, une somme de 170 euros correspondant aux frais vétérinaires. Depuis 2008 nous avons sauvé 500 chiens « , précise Sylvie Texier.

Malgré tout, aujourd’hui, la présidente de l’association est confrontée à un problème. Ces familles d’accueils, faute d’adoptants, ne désemplissent pas et ne sont plus en mesure de recevoir de façon transitoire de nouveaux animaux. Le samedi 13 mai, elle devait retourner une nouvelle fois en Espagne. Elle a décidé d’annuler son voyage.



Laissez un commentaire

Validez votre commentaire : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.