Courçon/La Grève : nouvel équipement pour le communal

Publié le 25 mars 2017 | Chez nous / Marans - Courçon et alentours / Une

Le parc de contention permet aux éleveurs de trier leurs troupeaux et de soigner le bétail lors de la saison de pâturage

Le parc de contention situé à l’entrée du communal de Courçon a été rénové.

C’est au cœur du marais, sur la commune de La Grève-sur-Mignon, que la ville de Courçon possède un communal d’une superficie de 33 hectares. Chaque année, trois éleveurs bénéficient de ce pré pour faire pâturer bovins et équins aux beaux jours, généralement de fin avril à fin octobre selon la météo.

La municipalité de Courçon gère les équipements pastoraux de ce communal, c’est-à-dire les clôtures, l’abreuvement des animaux et le parc de contention. C’est ce dernier qui a été restauré par la municipalité et le Parc naturel régional du Marais Poitevin : « Nous aidons les communes à monter et à financer des projets de ce type« , explique Dominique Giret, directeur technique du Parc qui était accompagné de Caroline Rouennier, directrice du Parc.

Un outil indispensable « au maintien de la pratique traditionnelle du pâturage collectif« , comme l’explique Nicolas Beaubeau, ordonnateur des chantiers pour le Parc : « Les éleveurs ont besoin de manipuler les animaux pour les traitements ou les vaccins. Le parc de contention le permet. Il sert aussi à trier les troupeaux à la fin de la saison de pâturage. » La rénovation de cet équipement pastoral a coûté 18 000 €, pris en charge financièrement à 50-50 par les deux partenaires.

Diversité floristique
Dans ce communal-ci, ce sont une soixantaine d’animaux qui viendront paître à partir du mois prochain. Et ce mélange bovins-équidés, tient à cœur aux techniciens du parc : « Ils sont garants du maintien de la diversité floristique, reprend Nicolas Beaubeau. Les bovins mangent certaines plantes, les chevaux d’autres. » Le Parc naturel régional du Marais poitevin compte 20 marais communaux pour une superficie totale de 2 000 ha. Ils sont principalement situés sur la vallée du Curé et la vallée du Lay (85).

Un outil qui ne revêt pas uniquement le costume agricole pour les élues qui étaient présentes à la restitution des travaux le 16 mars dernier. Pour Nadia Boireau, maire de Courçon et son adjointe Florence Guiberteau : «Ce communal porte des valeurs patrimoniales et culturelles». La transhumance festive annuelle de la Vallée du Curée en est la preuve vivante.

Carine Fernandez



Laissez un commentaire

Validez votre commentaire : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.