Les cabanes ostréicoles sous surveillance bienveillante

Publié le 11 juillet 2018 | Actualité / La semaine / Une

Une cabane de dégustation à Aytré, au bord de l’eau

Charcuterie, steak, fromage, certains mets détonnent sur les menus de cabanes ostréicoles censées ne proposer que des produits de la mer. La préfecture va intervenir, avec pédagogie.

Un steak frites au bord de la mer, cela peut être très agréable, mais ça ne fait pas cabane de dégustation de produits de la mer. En plus des cartes parfois trop bien garnies, il y a également un fossé entre cette activité autorisée sur l’estran et la capacité de servir 300 couverts par jour… C’est du moins l’avis de l’Union des métiers de l’industrie hôtelière, qui y a vu là une concurrence déloyale. Elle s’en est émue auprès de la préfecture, qui a mené son enquête et constaté les faits.

« Il existe deux types de cas, dévoile Pierre-Emmanuel Portheret, secrétaire général de la préfecture de Charente-Maritime. D’une part il y a ceux qui ne respectent pas la charte (1) édictée avec le Comité régional de la conchyliculture en 2015. Elle est pourtant généreuse car dans l’absolu il n’y aurait que des produits locaux et pas de bulots par exemple. Les départements voisins nous l’envient. D’autre part, il y a le non-respect des dispositions liées à l’urbanisme, à l’environnement, des constructions sans déclaration. »

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 5 juillet.



Les commentaires sont fermŽs !