L’invitée : Aurélia Chevalier, le sport auto coûte que coûte

Publié le 15 novembre 2018 | Actualité / L'invité de L'HEBDO / Une

La pilote Rochelaise a participé à deux reprises à la finale du Rallye Jeunes en 1995 et 1996.
Cette épreuve aurait pu lui ouvrir la porte d’une carrière professionnelle

Passionnée de sport automobile depuis son plus jeune âge, la Rochelaise Aurélia Chevalier est à l’aise aussi bien au volant qu’à droite, au poste de copilote.

Depuis plus de vingt ans maintenant, Aurélia Chevalier sillonne les routes de France. En tant que pilote d’abord, puis aujourd’hui à droite comme on dit dans le jargon, c’est-à-dire au poste de copilote. Mordue de l’asphalte, elle a touché de près son rêve de petite fille : devenir coureur professionnel de rallye. Le destin en a décidé autrement. Mais dans ce “milieu” très masculin, parfois machiste, la Rochelaise s’est fait un nom et a su se faire respecter.

Comment est née votre passion pour le sport automobile ?
Quand j’étais petite, je suis toujours allée voir le Rallye d’Automne de La Rochelle avec mon père. Quand j’ai vu ça, j’ai tout de suite su que c’était ce que je voulais faire et je suis passée à l’acte. Ce n’est pas très compliqué finalement (Rires).

Vous parlez de votre père, votre intérêt pour le rallye vient de lui ?
Non pas du tout, je ne suis vraiment pas de ce “milieu”. Personne dans ma famille n’a pratiqué le sport automobile avant moi.

Comment met-on un pied dans ce “milieu” ?
On s’y intéresse et le jour où on a l’opportunité de monter dans une voiture on le fait. Je me suis rendu compte que ça me plaisait vraiment beaucoup donc j’ai persévéré dans le domaine et je me suis inscrite sur le Rallye Jeunes. C’est une épreuve organisée par la Fédération Française de Sport Automobile et des marques comme Peugeot notamment. Elle permet de faire percer de jeunes talents depuis plus de 20 ans maintenant. Les meilleurs temps vont en finale et le gagnant remporte un volant, une saison complète payée.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 15 novembre.



Les commentaires sont fermŽs !