Mon jardin : histoire de férule

Publié le 4 mai 2019 | Une / Vie quotidienne

Il faut s’armer de patience pour admirer la floraison de la férule

Si vous aimez les belles plantes qui, en plus, racontent des histoires, il est temps d’inviter une férule dans votre jardin. Cette plante originaire du pourtour méditerranéen vous servira de prétexte pour évoquer les Grecs de l’Antiquité qui l’utilisaient de multiples façons.

La moelle séchée de ses tiges leur servait pour conserver et transporter le feu. Les branches ainsi vidées et coupées en tronçons fournissaient une protection pour emporter de petits objets fragiles. Les philosophes grecs connaissaient les propriétés de légèreté, de solidité et de flexibilité de ses tiges. Elles constituaient l’accessoire idéal pour enseigner en pleine nature et tracer sur le sol des marques utiles à la compréhension des élèves. De là vient l’expression « être sous la férule de quelqu’un » qui signifie « se ranger à l’autorité d’une personne et lui obéir ».

Au jardin, la forte présence graphique de la férule permet de structurer le fond des massifs. Sa croissance rapide surprend mais il faut s’armer de patience pour admirer la première floraison qui apparaît seulement trois ans après la plantation. Un globe jaune émerge alors du feuillage finement découpé qui rappelle celui du fenouil.

Attention, contrairement à lui, la férule est toxique dans toutes ses parties du fait de ses propriétés anticoagulantes. Comme bien des plantes de la famille des Apiacées (autrefois nommées Ombellifères), la férule a une racine pivotante et profonde qui se prête mal aux repiquages. Au moment de la plantation, veillez à ne pas la désolidariser de la terre. Si vous lui réservez un emplacement chaud et sec de votre jardin, elle supportera des températures jusqu’à -10 °C et vous ravira pendant de longues années.



Les commentaires sont fermŽs !