Mon jardin : les jardiniers de l’ombre

Publié le 15 janvier 2018 | Une / Vie quotidienne

Les vers de terre, gage d’une terre de qualité

Mais comment des épluchures de légumes ou le crottin de cheval se transforment-ils en quelques mois en un humus noir propre à rendre la terre plus fertile ? Pour le comprendre, il convient de s’intéresser à l’univers fascinant des milliards d’organismes qui vivent dans le sol.

La faune est principalement représentée par les insectes et les vers de terre. On estime la masse de ces derniers à, en moyenne, une tonne par hectare ! En creusant, en piétinant et en digérant, les animaux jouent un rôle mécanique. Ils cassent les débris et réduisent leur volume. Ensuite, ils les mélangent avec la matière minérale et ils aèrent les sols.

Parmi les représentants de la flore, on estime que ce sont des milliards de bactéries par gramme de terre qui se développent dans un sol en bon état biologique. Leur poids total à l’hectare peut atteindre plusieurs tonnes. Elles aussi dégradent la matière organique. Elles ont également pour rôle de fixer l’azote atmosphérique dans la terre. De plus, elles sécrètent des vitamines, des antibiotiques et d’autres substances qui interviennent dans la nutrition des végétaux et contribuent à leur bonne santé.

Un peu moins nombreux que les bactéries, les champignons vivant sous terre interviennent dans la décomposition de la matière organique et agissent sur la structure du sol. Les algues, quant à elles, se situent dans les couches superficielles du sol. Elles nourrissent les autres organismes vivants en se faisant “brouter” au fur et à mesure qu’elles se développent.

Le jardinier a tout intérêt à en apprendre davantage sur ces êtres vivants. Il prendra certainement plaisir à observer ceux visibles à l’œil nu et à coopérer avec ces jardiniers de l’ombre pour obtenir une terre de plus en plus fertile.



Laissez un commentaire

Validez votre commentaire : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.