Région : quand la solidarité permet d’accéder à la mobilité

Publié le 2 mai 2017 | Actualité / La semaine / Une

Lionel Goy chef d’atelier du garage Aive à Niort, historiquement partenaire de l’association PRAM développée par Stéphane Bourdit (à droite) que vous pouvez contacter au 06 76 78 25 71

L’association niortaise PRAM, plateforme régionale d’accès à la mobilité, remet en état des véhicules pour ceux qui ont peu de moyens. Vous pouvez les aider.

Frein à l’emploi, à la formation, isolement sont le lot des difficultés de mobilité, plus particulièrement en zone rurale. Mais voilà, tout le monde n’a pas les moyens d’acheter un véhicule, même d’occasion. L’association PRAM peut être une solution destinée aux demandeurs d’emploi, aux jeunes sans emplois orientés par des missions locales, aux personnes bénéficiaires d’un CCAS…

Le principe : collecter des véhicules d’occasion auprès de donateurs pour les céder à bas prix et sans profit aux personnes en situation de précarité. Stéphane Bourdit, chargé de développement chez PRAM explique : « Les véhicules sont remis en état par des garages solidaires puis revendus aux bénéficiaires entre 1 200 et 3 000 euros, avec carte grise, contrôle technique et garantie de 3 mois ».

Ces garages solidaires sont situés à La Rochelle, Saintes, Niort, Cognac et Angoulême. Les heureux propriétaires de ces véhicules ont aussi accès par la suite à ces garages solidaires pour tout problème mécanique avec un avantage : « La main-d’œuvre est moitié moins chère que dans un garage traditionnel avec l’heure allant de 20 à 35 euros ».

66 % de déduction fiscale

Depuis sa création en 2014, l’association a déjà cédé 92 voitures ou utilitaires : « Nous étudions les besoins des familles qui peuvent être diverses ». Mais voilà, l’association manque cruellement de véhicules : « Une cinquantaine de personnes sont en attente », déplore Stéphane Bourdit.

Alors qui peuvent être ces donateurs ? Les particuliers, les entreprises ou les collectivités. Leur intérêt est simple : une déduction de 66 % du don dans la limite de 20 % des revenus imposables lorsqu’on est un particulier, 60 % pour les entreprises : « L’une d’entre elle se voyait reprendre son véhicule 500 euros par son garagiste, avec nous elle a bénéficié de 1 200 euros », confie Stéphane Bourdit.

Outre des particuliers, des entreprises comme Léa Nature, la Macif, Séolis, les Cognacs Martel… ont franchi le pas tout comme certaines collectivités : la ville de Rochefort, la Région Nouvelle Aquitaine… Alors pourquoi pas vous ?

Carine Fernandez



Laissez un commentaire

Validez votre commentaire : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.