Rugby : l’Union Cognac St-Jean-d’Y affrontera Niort à Deflandre

Publié le 26 janvier 2018 | Chez nous / Saint-Jean-d'Angély et alentours / Une

Christophe Hamacek (à droite) et l’arbitre de top 14 Alexandre Ruiz, qui intervient ponctuellement pour l’UCS

Christophe Hamacek, le coach de l’Union Cognac Saint-Jean-d’Angély, analyse le parcours de son équipe.

Premier ex aequo de leur poule de Fédérale 1, l’Union Cognac Saint-Jean accomplit une superbe saison. Après un démarrage poussif, l’UCS monte en puissance et a remporté dimanche son sixième match de suite. À quelques heures d’un déplacement à Hendaye, l’entraîneur Christophe Hamacek a répondu aux questions de l’Hebdo.

Après un automne moyen, l’UCS a pris une nouvelle dimension lors de cet hiver. Craignez-vous le printemps ?
Non, pas du tout. Le groupe vit très bien et bosse beaucoup. J’insiste là-dessus. Les joueurs ne rechignent jamais. C’est vrai que nous avons balbutié en début de saison. Mais le collectif s’est formé. La cohésion est là et notre organisation aussi. Dimanche, face au bassin d’Arcachon, nous nous sommes imposés grâce à notre organisation.

L’hiver et son cortège de terrains gras vous sont donc favorables, vous appréhendez le retour des beaux jours ?
Non. Notre formation est complète, elle est capable de s’adapter à tous les types de terrain. Nous avons un bon paquet d’avants mais aussi des trois-quarts à la hauteur.

Dimanche, à Hendaye, la lanterne rouge, c’est le profil type du match piège ?
Absolument. Nous sommes attendus partout et ce sera encore le cas dimanche. Cette équipe n’a certes pas remporté le moindre match… Mais je puis vous assurer que nous préparons cette rencontre aussi sérieusement que s’il s’agissait de défier une équipe du haut de tableau.
Nous étudions ce matin (N.D.L.R. : l’entretien a eu lieu mardi matin à Cognac) le jeu des Basques et nous allons décider de notre stratégie pour dimanche. Je peux vous assurer que nous allons à Hendaye avec beaucoup d’humilité.

Dans cinq semaines, vous allez jouer au stade Marcel-Deflandre de La Rochelle, y pensez-vous déjà ?
C’est à la fois loin et proche. Les joueurs en parlent déjà entre eux. Cela va être sympa d’autant que nous aurons récupéré quelques joueurs blessés. Jouer à Deflandre, ce sera comme un bonbon pour les gars ! Ils ont très envie de jouer là-bas.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 25 janvier.