Surgères : le camping a la cote !

Publié le 10 août 2016 | Chez nous / Surgères et alentours / Une

Philippe, le gérant du camping de la Gères, à Surgères.

Philippe, le gérant du camping de la Gères, à Surgères.

Philippe et Chantal ont repris le camping de la Gères en 2015. Une reconversion professionnelle qu’ils ne regrettent pas. Rencontre.

Ces adeptes du camping, fraîchement débarqués de Normandie n’en démordent pas : ils ont fait le bon choix. « Maintenant on sait pour qui on travaille » souffle Philippe, ancien menuisier, la petite cinquantaine. Lui et sa femme ont tout plaqué pour vivre une autre expérience : celle de gérants de camping, à Surgères. Même si comme tous les entrepreneurs le poids des contraintes et des normes pèsent sur leur activité, leur vie a pris une autre dimension. « On voulait voir l’envers du décor », affirme Philippe, tout sourire.
L’esprit avec lequel ils ont décidé d’accueillir les touristes se caractérise par ces mots : convivialité et liberté. Les maîtres mots du camping. Et en traversant le site aux 52 emplacements, à deux pas du centre-ville, les saluts et larges sourires échangés laissent effectivement apercevoir qu’ici la proximité prévaut entre les touristes et les gérants. Et cet état de fait dépasse même les grilles de l’établissement.

« Contribuer au développement économique local »
La location de vélos mise en place ici pour les campeurs dépanne aussi parfois l’Office de tourisme surgérien quand une demande survient. « On souhaite contribuer au développement économique local, alors oui nous entretenons des relations avec différents partenaires et professionnels », souligne Philippe qui fait également appel à des compétences extérieures pour faire vivre le site. A l’instar de l’animateur d’aquagym, ou encore de self-défense ou des groupes musicaux choisis aux alentours de la cité d’Hélène. Parce que les soirées festives attirent aussi le chaland, les animations sont un atout pour les nouveaux gérants. Alors mieux vaut ne pas se rater. « C’est d’ailleurs un des critères de choix des campeurs quand ils réservent. Les gens sont demandeurs », explicite le quinquagénaire.

Tentes et caravanes dans le pur jus de la tradition, camping-cars et tout récemment une tente lodge montée sur pilotis, le camping de la Gères ne désemplit pas depuis un mois. L’effet Brass festival ? « Oui nous avons bénéficié un peu de cette clientèle. Et nous avons même dû refuser du monde », se réjouit Philippe qui aurait néanmoins apprécié avoir eu l’information de la tenue d’un tel événement plus tôt. Organisation oblige.