Surgères : l’hôtel de la Gare est ouvert

Publié le 15 juillet 2019 | Chez nous / Surgères et alentours / Une

Stéphane Suaud devant son hôtel flambant neuf

Il y a un an, Stéphane et Emmanuelle Suaud ont décidé de transformer leur bâtiment de la rue Marcou en hôtel. Il a été inauguré vendredi 5 juillet.

Dans ce bâtiment, qui appartient à Stéphane et Emmanuelle depuis 13 ans environ, c’était un foyer pour les étudiants de l’Enilia, avec une quinzaine de logements. Stéphane Suaud y a implanté sa société S Froid Concept en 2007, au rez-de-chaussée. « J’y suis resté 5 à 6 ans, avant d’aller dans la zone industrielle », explique le propriétaire de l’hôtel.

Lorsque Emmanuelle a vendu ses 2 instituts de beauté pour devenir mère au foyer, les 2 époux ont entrepris des travaux pour aménager des travaux supplémentaires. « Mais au fil du temps, les locataires ont posé des problèmes et la cohabitation avec les étudiants était difficile. Il y a eu le ras-le-bol de gérer tous ces problèmes. Il y a un an environ, on s’est dit pourquoi pas créer un hôtel puisque le bâtiment s’y prêtait ».

Une grosse rénovation a été entreprise, du sol au plafond. « Nous avons installé la climatisation et revu toute la plomberie et les sanitaires ». À ce bâtiment, est venue se greffer la maison de l’ancien gardien (où il y avait les Restos du coeur). « C’est un échange que nous avions fait avec la mairie parce que nous étions en copropriété sous le bâtiment Poyaud. Et ça les empêchait de détruire les autres bâtiments ».

Les murs ont été gardés et tout a été refait à l’intérieur. « Maintenant, avec les 2 bâtiments, nous avons 31 chambres, avec environ 80 couchages : 8 dans la petite maison (4 au rez-de-chaussée et 4 à l’étage) et 23 dans le grand bâtiment (dont 17 à l’étage), 6 au rez-de-chaussée dont 2 chambres pour personne à mobilité réduite ». L’hôtel compte des chambres doubles et des triples, « avec des volumes où nous sommes dans une classification entre 2 et 3 étoiles ». Elles sont toutes aux normes. « Nous avons beaucoup travaillé sur l’isolation. Une pompe à chaleur assurera le chauffage ainsi que la production d’eau chaude ».

Les travaux ont duré plus longtemps que prévu. Car le périmètre de l’hôtel a été classé dans la zone des Bâtiments de France, « à cause de l’ancien site Poyaud ». Et les propriétaires n’ont pas pu réaliser leur 1er projet. « Nous avons dû mettre du bardage bois, sur l’extérieur, qui ne sera pas peint. Ou alors on laissait tout en l’état ». Avec un permis de construire déposé en juillet 2018, les travaux n’ont débuté qu’en septembre. « Nous avons perdu 6 mois. On aurait dû ouvrir au printemps ».

Outre les chambres, il y a une salle pour le petit-déjeuner. « Nous assurons un service bar et snack. De la petite restauration rapide en ne travaillant qu’avec des producteurs locaux. Ce sont des plats préparés qu’on a juste besoin de réchauffer ».

Les époux Suaud ont créé un cadre sympathique avec une ambiance un peu cosy. « Nous espérons que le projet va fonctionner ». Cinq à 6 emplois à temps plein ont été créés. « Avec un couple qui est présent à demeure, ainsi qu’un gardien de nuit, et des femmes de services ». Après, si leurs espoirs ne sont pas déçus, d’autres emplois pourraient être créés.

Hôtel de la Gare, rue Julia et Maurice Marcou, 17700 Surgères. Tél. 05 46 09 91 18.



Les commentaires sont fermŽs !