Surgères-Niort : Emeline, une étoile montante

Publié le 5 avril 2017 | Chez nous / Surgères et alentours / Une

Emeline Moinard continue de croire en ses rêves

Emeline Moinard, 13 ans, va intégrer à la rentrée prochaine l’École du ballet Stanlowa de Paris.

La jeune fille, élève d’Isabelle Cousin à l’Insitut d’Art Chorégraphique de Surgères-Niort, a foulé le parquet des salles de danse dès le plus jeune âge. «  J’ai commencé à 4 ans à Mirebeau dans la Vienne. Puis, on a déménagé à Niort, ça fait 9 ans que je suis ici « , précise Emeline. Quelques années plus tard, le déclic s’est opéré.  » Au début, c’était un loisir, j’étais même dans les moins bonnes. Puis je me suis de plus en plus impliquée « , poursuit-elle. Avec près de 14 heures de cours par semaine, le rythme est effréné pour une jeune fille de 13 ans. «  J’ai toujours du plaisir à venir à la danse, même si parfois il y a la fatigue physique « , avoue-t-elle.

Malgré son jeune âge, Emeline est une perfectionniste. «  J’essaye le contemporain depuis cette année pour me diversifier, ça me plaît mais je préfère la danse classique « . Le travail a porté ses fruits puisque Emeline a obtenu, le 26 février, à Vincennes, lors du 71e concours annuel de la Scène Française un premier accessit en danse classique. «  Son principal atout, c’est son expression artistique, son envie et son énergie « , dévoile sa professeure Isabelle Cousin.

Le 12 mars, l’Institut international de danse Stanlowa organisait son audition annuelle pour la rentrée 2017-2018 sous la forme d’un cours de 55 minutes avec différents exercices afin d’évaluer le niveau général. Sur la centaine de candidats, seuls 13 ont été retenus, tous niveaux confondus, dont Emeline qui intégrera en septembre l’illustre institut parisien. «  Je ne réalise toujours pas, c’est une des écoles les plus prestigieuses après l’Opéra de Paris « , s’exclame-t-elle.  » C’est une fierté de la voir intégrer une grande école, on continuera de l’accompagner « , complète sa professeure.

En horaires aménagés, Emeline aura la chance de pratiquer sa passion, la danse, en même temps que ses études, et sera logée dans un foyer de jeunes artistes. «  Il y a toujours la peur de l’inconnu, loin de ma famille, mais c’est une superbe expérience à vivre, avec des professeurs renommés de Paris « , conclut la jeune fille qui continue de croire en ses rêves.  » Même si j’aime être sur scène et offrir au public, je voudrais être professeure de danse pour le côté transmission « .



Laissez un commentaire

Validez votre commentaire : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.