Surgères : toujours pas de caméra de vidéoprotection à la gare

Publié le 11 octobre 2017 | Chez nous / Surgères et alentours / Une

Un usager du train a récupéré sa voiture fracturée et reposant sur des parpaings les roues ayant été volées

Il est toujours difficile de laisser sa voiture au parking de la gare. Où en est le projet de caméras ?

Détérioration de véhicules, vols dans les véhicules, vols de vélo… Il y a un an, la municipalité optait pour l’installation de caméras à la gare pour contrer ces délits qui étaient alors en hausse.

Depuis, la délinquance est en baisse sur le territoire selon la communauté de brigades Surgères-Aigrefeuille. Malgré tout, lors d’une réunion publique qui s’est déroulée en juillet dernier (lire L’Hebdo 17 du 13 juillet 2017) le capitaine Gelineau, aux commandes de la COB, a rappelé que cette dernière est « la plus importante en Poitou-Charentes en termes d’activité avec 1 900 interventions à l’année ».

Plus précisément, les délits commis à la gare sont aussi en baisse en raison de patrouilles plus fréquentes des militaires mais aussi de plusieurs arrestations faîtes ces derniers mois. Malgré tout, Stéphane Guérin, habitant la communauté de communes, a été stupéfait quand il a découvert sa voiture il y a dix jours fracturée et reposant sur des parpaings, les 4 roues ayant été volées : « J’ai mis du temps à réaliser que c’était bien ma voiture », lance-t-il. Son véhicule avait passé 2 nuits sur le parking de la gare.

Pour cet habitué qui utilise le lieu 20 à 30 fois par an toutes les conditions de sécurité ne sont pas mises en place : « Il y a un déficit d’éclairage. Le parking près de la gare est un champ de ruine. J’y ai abîmé une voiture. Il a beau être gratuit ce parking, il me coûte cher ! ».

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO daté du jeudi 5 octobre.

 



Laissez un commentaire

Validez votre commentaire : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.