Tourisme : Anne-Sophie Descamps, présidente de l’OTAMP

Publié le 31 janvier 2017 | Actualité / La semaine / Une

Anne-Sophie Descamps

Anne-Sophie Descamps est la nouvelle présidente de l’Office de tourisme Aunis Marais Poitevin (OTAMP). L’élue aigrefeuillaise fait le tour du propriétaire.

Quel est le budget de l’OTAMP ?
Nous sommes en train de le préparer, il sera voté mi-avril. Il est d’environ 480 000 €. 150 000 euros proviennent de la communauté de communes (CDC) Aunis Sud, 150 000 de la CDC Aunis Atlantique, 70 000 de la taxe de séjour et le reste de l’Europe.

Depuis la dissolution du Pays d’Aunis ce sont les CDC Aunis Sud et Atlantique qui gèrent l’OTAMP. Est-ce que cela change quelque chose ?
Sur le fond non. C’est sa gouvernance qui change puisqu’aujourd’hui ce sont 3 élus référents de chaque CDC qui valident le budget et la convention d’objectif et de moyens que nous leur présenterons d’ici un mois.

Quels sont les projets immédiats de l’OTAMP ?
Le recrutement d’une personne à sa direction. Julien Vrignon est parti le 29 décembre et c’est Juliette Grimart qui a repris l’intérim. Nous étudions actuellement les CV que nous avons reçus pour rencontrer les divers candidats début février. Nous avons aussi les travaux du bureau de Surgères qui devrait rouvrir la première semaine de février. Notre bourse le 31 mars, qui fait se rencontrer les prestataires de services de tourisme et les hébergeurs. Et aussi un nouveau site internet, plus interactif, qui devrait être en ligne courant février.

Quelle est la ligne que vous souhaitez défendre lors de cette présidence ?
Je veux mettre en valeur le territoire rural, le côté être à la campagne. Et développer le côté nature. Nous avons le marais poitevin sur le territoire, c’est notre force. Mais aussi les deux itinéraires cyclistes, la Vélofrancette et la Vélodyssée®. Je voudrais aussi améliorer l’attractivité de nos communes pour les rendre plus accueillantes. Et pour finir essayer de mettre sur pied un festival culturel sur la Pays d’Aunis, nous avons des artistes et il ne faut pas les oublier.

Carine Fernandez



Laissez un commentaire

Validez votre commentaire : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.