Tournage : dans l’univers de Simenon

Publié le 16 février 2015 | Une / Week-end

L’apparition de Bernard Campan a été remarquée par les quelques dizaines de spectateurs venus assister au tournage à Surgères.

L’apparition de Bernard Campan a été remarquée par les quelques dizaines de spectateurs venus assister au tournage à Surgères.

Le magasin U Express de Surgères a accueilli la production de “La Boule Noire“, un téléfilm adapté d’un roman de Georges Simenon, du 25 au 27  juin 2014. Il sera diffusé mardi 17 février à 20h50 sur France 3. Retour sur les coulisses du tournage…

Après avoir tourné à Rochefort, Lagord, Pons et Saint-Jean-d’Angély, l’équipe de tournage de “La Boule Noire“ a fait halte à Surgères. En tête d’affiche de ce téléfilm, Bernard Campan (ex Les Inconnus), ainsi que Virginie Lemoine, Linda de Suza… Au programme de ces deux jours de tournage : mise en place des décors, une scène d’extérieur sur le parking du magasin U Express et 4 scènes en intérieur. « Nous remercions la direction du magasin de nous avoir donné la possibilité de tourner à des horaires décalés, le soir et la nuit », souligne Denis Malleval, réalisateur et metteur en scène.

Plusieurs clients, venus pour faire leurs courses, ont dû rebrousser chemin et repartir bredouille, le magasin ayant fermé à 18 h exceptionnellement, pendant que d’autres sont tombés par surprise sur le tournage, en se demandant ce qu’il se passait, et sont restés par curiosité. À vrai dire, les Surgériens n’ont pas vraiment l’habitude de voir ça ! Les quelques dizaines de spectateurs présents pour la scène d’extérieur sur le parking, mercredi en fin de soirée, ont pu entendre les “silence, on tourne“, “action“ ou encore “on coupe“.

Une ambiance recrée
« L’histoire du téléfilm ayant lieu dans les années 80, nous avons recréé l’ambiance de cette époque du mieux possible en masquant tout signe de modernité, avec notamment des décors amovibles, qui ont été retirés après chaque journée de tournage afin que le magasin puisse reprendre son activité », explique Denis Malleval. En effet, voitures mythiques de l’époque (Citroën GS, Peugeot 604, Austin Mini…) et tenues des années 80 étaient de sortie ! L’enseigne U Express avait également laissé place à la célèbre chaîne de distribution des années 70 et 80, Euromarché. « Nous recherchions un supermarché de proximité, de taille moyenne, avec une architecture typique des années 80, dans une ville ancienne et structurée qui a gardé son identité, c’est pourquoi notre choix s’est porté sur celui-ci. Plusieurs repérages ont notamment été réalisés au préalable vers mi-mai », reprend Jean-Baptiste Neyrac, producteur. « On voulait aussi impliquer les membres du personnel du magasin afin de les changer un peu de leur routine et de leur faire vivre une expérience inoubliable. On leur a ainsi proposé de passer un casting pour être figurants et plusieurs d’entre eux ont été sélectionnés », complète Denis Malleval.

Le choix des lieux de tournage n’est d’ailleurs pas une coïncidence, comme le souligne ce dernier. « Je connais très bien la région, ma femme étant rochelaise. J’ai aussi tourné deux films en 2002 de la série Docteur Claire Bellac à La Rochelle, avec Véronique Jannot ». Les acteurs n’ont également pas été choisis par hasard. « Mon envie de travailler avec Bernard date de plusieurs demandes, c’est un acteur simonien qui colle parfaitement à l’univers du téléfilm, de plus il fait preuve d’un grand professionnalisme et d’une extrême gentillesse. Concernant Virginie, je la connais depuis très longtemps », ajoute-t-il.

Retour en 1979
Adaptée d’un roman de Georges Simenon (qui a vécu plusieurs années à la Richardière, à Marsilly), dit d’atmosphère, cette œuvre sombre raconte l’histoire de Vincent Ferreira (interprété par Bernard Campan, le personnage principal), fils d’immigrés portugais. Après s’être installé à Libourne, il déménage à Rochefort dans l’optique de fonder une famille. Il deviendra d’ailleurs père de 3 enfants. Au côté de Nora (Virginie Lemoine), sa femme, Vincent Ferreira est le gérant du grand supermarché de la Région, en 1979. Cependant, il se voit refuser par deux fois la qualité de membre du Sporting Club, où se retrouvent tous les notables de la ville. Il a tant travaillé, s’est tellement dévoué à la ville, qu’il ne comprend pas pourquoi il est rejeté, voire humilié. Pour ne pas perdre la face devant sa famille, Vincent doit absolument savoir qui lui a refusé d’être comme les autres… Est-ce parce qu’un directeur de supermarché n’a pas sa place parmi des médecins et des avocats ? Est-ce parce qu’il est le fils d’une femme de ménage (interprétée par Linda de Suza) arrivée du Portugal 20 ans plus tôt ? Vous le découvrirez par vous-mêmes…

Figurants
Plusieurs membres du personnel du magasin U Express ont passé un casting pour être figurants. 5 d’entre eux ont d’ailleurs été sélectionnés pour le tournage, dont Tony Bouchet, chef boucher. « La production du téléfilm est venue vers moi pour m’annoncer qu’ils recherchaient un boucher et mon profil semblait leur correspondre. Je n’ai donc pas hésité à répondre favorablement à leur proposition. Je suis d’ailleurs le seul à avoir tourné les deux nuits et à n’avoir pas passé de casting, contrairement à mes collègues qui ont dû envoyer des photos ainsi que leurs mensurations à la production. On m’a ainsi filmé en train de servir et parler aux clients. Tout s’est vraiment bien passé, que ce soit avec l’équipe de production ou les acteurs ! », affirme-t-il.

Tournage à Rochefort
Le célèbre Inconnu était ensuite en tournage à Rochefort et Echillais, sur le site du pont Transbordeur, lundi dernier. En fin d’après-midi, une vingtaine de personnes a pu assister, de loin, au tournage d’une scène. Au loin car la scène du départ de Bernard Campan, sur le Transbordeur, a été tournée par un drone, fait encore rare mais destiné à remplacer les encombrantes grues. Après le tournage de la scène, le public a pu échanger quelques minutes avec l’acteur, qui s’est laissé prendre au jeu des photos souvenirs sur la nacelle du pont. Avant de reprendre le tournage, côté Echillais cette fois. Le téléfilm, réalisé par Denis Malleval, s’appuie en grande partie sur des équipes locales, techniciens et acteurs, avec un important soutien de la Région. Et la scène du pont Transbordeur ne s’est pas faite au hasard, puisque la production a voulu rendre hommage à Jacques Demy et ses célèbres Demoiselles. Afin de se replonger dans l’atmosphère dans l’année 1979, il a fallu modifier le site en camouflant les éléments modernes comme la signalétique.

Le mot de la fin revient à Jean-Baptiste Neyrac, le producteur : « Il s’agit du 4e roman de Simenon que nous adaptons (après “Les Innocents“ avec Olivier Marchal, “Jusqu’à l’enfer“ avec Bruno Solo et “l’Escalier de fer“ avec Laurent Gerra). Mais celui-ci sera différent des trois premiers et mettra en avant l’univers et la large palette de Simenon, entre situations inédites, obsession et appartenance ». Prenez note, ce long-métrage de 90 mn sera diffusé sur France 3 et sa sortie sur les petits écrans devrait être prévue pour le début de l’année 2015 !

Retour en photos sur le tournage…

Bernard Campan (au centre), acteur central du téléfilm, accompagné de Denis Malleval (à droite), réalisateur et metteur en scène, lors du tournage à Rochefort et Echillais, sur le site du pont Transbordeur, lundi dernier
Bernard Campan (au centre), acteur central du téléfilm, accompagné de Denis Malleval (à droite), réalisateur et metteur en scène, lors du tournage à Rochefort et Echillais, sur le site du pont Transbordeur.
« 1 de 17 »


Laissez un commentaire

Validez votre commentaire : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.