Un court-métrage tourné à Surgères fin août

Publié le 5 août 2017 | Chez nous / Surgères et alentours / Une

La ville servira de décor au court-métrage Un matin un lapin, du 29 août au 6 septembre.

Un matin un lapin : c’est le titre du nouveau court-métrage d’Anne-Sophie Diégo, qui sera tourné à la fin du mois dans les rues surgériennes. « La première fois que je suis venue, c’était pour faire du repérage. J’ai tout de suite été séduite par l’environnement, cela correspond complètement à ce que je recherche« , explique la réalisatrice.

À seulement 29 ans, Anne-Sophie Diégo sait ce qu’elle veut. La jeune réalisatrice originaire de Paris va entamer le tournage de son deuxième film, Un matin un lapin. Le premier, Odyssée, avait été sélectionné lors d’un festival de court-métrages à Clermont-Ferrand.

Celle qui exerce également les professions d’illustratrice et de graphiste ne connaissait pas le territoire surgérien. C’est Jules Pottier, son producteur, qui lui a recommandé. « Jules dirige une société de production à Poitiers et il a longtemps vécu à Surgères  » explique la cinéaste.

“Cette famille vit complètement coupée du reste du monde”

Si elle ne prévoit pas de tourner dans le centre-ville, de nombreux lieux dans la campagne environnante pourraient servir de décors à ce nouveau projet qui prendra la forme d’une comédie sur le thème de la famille.

« Le film racontera l’histoire de deux fausses jumelles de 20 ans qui vivent avec leur mère, leur grand-père et leurs deux autres sœurs. Tout va changer lorsqu’elles vont se mettre en tête d’acheter une mobylette« , raconte Anne-Sophie Diégo.

Pour cela, elle recherche un lieu isolé pour rester fidèle à son intrigue : « Cette famille vit complètement coupée du reste du monde« . Pour l’heure, la maison où se déroulera l’essentiel de l’action n’a pas encore été choisie. « Nous avons aussi prévu une scène dans la boîte de nuit l’Excalibur« , ajoute la réalisatrice.

Un casting pour trouver une dizaine de figurants

Ce nouveau court-métrage devrait durer une vingtaine de minutes. Il nécessitera environ quatre jours de tournage et la mobilisation d’une centaine de personnes au sein de l’équipe technique. Six acteurs principaux ont d’ores et déjà été sélectionnés par Anne-Sophie Diégo. Parmi eux, la comédienne Hélène Azema, bien connue dans le monde du théâtre contemporain.

L’équipe va également se mettre à la recherche d’une dizaine de figurants. « Nous allons mettre en place un casting assez rapidement  » annonce la réalisatrice qui compte solliciter la mairie pour dénicher les bonnes personnes. La cinéaste pourra également compter sur le soutien financier du Département et de la Région Nouvelle-Aquitaine, partenaires de son projet.

Ce court-métrage s’inscrit dans la tradition cinématographique de la Charente-Maritime. Le département est réputé pour sa lumière et ses décors naturels qui attirent de plus en plus de productions, des majors comme des indépendantes.



Laissez un commentaire

Validez votre commentaire : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.