L’invité : Grand Corps Malade, du slam au cinéma

Publié le 17 janvier 2019 | Actualité / L'invité de L'HEBDO / Une

En 2003, Grand Corps Malade a commencé à écumer les scènes libres de la région parisienne pour slamer (© Zuzana Lettrichova)

Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade sera sur scène à Rouillac (16) vendredi 18 janvier. L’occasion d’évoquer avec lui son amour des mots et ses désirs de cinéma.

Voilà presque 15 ans que Grand Corps Malade distille sa prose aiguisée sur les scènes de France et à l’international. Sa voix singulière, son phrasé et son amour des mots ont su trouver un public fidèle. Actuellement en tournée avec son 6e album Plan B, il enchaîne les dates avec les rendez-vous cinéma, son deuxième film étant en cours de montage. De ses débuts sur les scènes libres de slam de la région parisienne, il garde une forme de « nostalgie ». Nostalgie de « l’anonymat », de « la découverte et de l’insouciance ».

Vous êtes actuellement en tournée avec votre album Plan B. Quelle est la genèse de ce 6e opus ?
Un peu comme tous mes albums. Ce sont des textes sur lesquels je travaille depuis ces deux dernières années. J’écris très régulièrement et quand j’ai l’envie de faire un album, je regarde un peu ce qu’il y a en magasin. Ensuite, quand j’ai choisi mes textes, je commence à travailler sur la mise en musique. Pour cet album, j’ai essentiellement bossé avec un compositeur qui s’appelle Angelo Foley. C’est un peu l’architecte musical de cet opus.

Comme dans chacun de vos albums, il y a des textes assez intimes. Est-ce une volonté de vous livrer un peu plus dans Plan B ?
Non, je ne pense pas que ça soit plus que dans les autres albums. Sur chaque album, il y a eu des choses assez personnelles. Que ça soit des histoires d’amour, la paternité, ou des histoires liées à mon parcours. J’essaye toujours d’équilibrer mes albums avec des textes personnels et avec des textes un peu plus ouverts, où je suis plus observateur du monde qui nous entoure. J’aime bien qu’il y ait cet équilibre et je pense que c’était déjà le cas sur les précédents albums.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 17 janvier, en vente chez votre marchand de journaux et sur http://www.epresse.fr



Les commentaires sont fermŽs !