Marans : le musée Cappon va-t-il ressortir des cartons ?

Publié le 4 janvier 2019 | Chez nous / Marans - Courçon et alentours / Une

Philippe Cappon est enterré au pied de l’église Saint-Etienne, dont certains éléments feraient partis de son musée

Inscrit Musée de France, le cabinet de curiosités de Philippe Cappon dort aujourd’hui au secret.

Évoquer le patrimoine, voire le déplacer ou le transformer sont toujours des sujets sensibles. À Marans peut-être encore un peu plus qu’ailleurs.

Le maire, Thierry Belhadj, a sa propre vision de la ville. Qu’il s’agisse du réaménagement du port, ou de celui du pont de pierre, bien souvent le Landerneau est aux abois. Quitte d’ailleurs à s’en émouvoir et à s’en épancher sur la place publique.

Mais qui aujourd’hui, se souvient réellement du Musée Cappon ? Philippe Cappon est né à Marans le 20 mars 1853. Après avoir fait l’école centrale des arts et manufactures, il intégrera avec son diplôme en poche d’ingénieur civil, les services de chemins de fer de l’État. Il participera notamment à la construction d’une ligne à Saïgon en tant qu’ingénieur adjoint du chemin de fer de la Cochinchine.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 3 janvier.



Les commentaires sont fermŽs !