Pesticides : « Le gouvernement admet enfin leur dangerosité »

Publié le 25 septembre 2019 | Actualité | La semaine

Dominique Mallet, maraîcher bio à St-Saturnin-du-Bois et porte-parole de la Confédération paysanne 17

Si la Confédération paysanne 17 salue la reconnaissance par l’État du danger des pesticides, elle trouve « anecdotique » la concertation sur les bandes de 5 à 10 mètres.

Jusqu’au 10 octobre, le gouvernement a lancé une concertation qui vise à fixer des distances minimales à respecter entre habitations et zones d’épandage de produits phytosanitaires agricoles. Pour Dominique Mallet, maraîcher bio à St-Saturnin-du-Bois et porte-parole de la Confédération paysanne en Charente-Maritime : « Nous sommes à un moment où le gouvernement admet enfin la dangerosité des pesticides et reconnaît qu’ils ne sont ni bons pour la nature, ni bons pour l’homme ».

Mais pour Dominique Mallet, l’État ne va pas assez loin : « Par contre les 5 à 10 m, c’est une farce ! .

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 19 septembre.



Les commentaires sont fermŽs !