Surgères – La Rochelle : la libération de nos villes

Publié le 16 mai 2018 | Actualité / Le choix de L'HEBDO / Une

Les troupes Alliées défilent dans la cité rochelaise libérée en 1945 (© fonds Matifas)

La Libération a été un processus lent et différent selon les villes. De la reconquête Alliée de Surgères à la poche de La Rochelle, récit des ces journées historiques pour la Charente-Maritime.

Il est 8 h ce mercredi 9 mai 1945 au bureau du port de La Pallice. Le vice-amiral Schirlitz, commandant en chef de la poche de La Rochelle, dépose sa dague et ses deux pistolets sur la table. Sans même le lire, il signe l’acte de capitulation tendue par son meilleur ennemi, le commandant Meyer. C’est la fin de neuf mois de siège. Neuf longs mois durant lesquels près de 17 000 soldats allemands ont défendu un territoire de 400 km2, celui de La Rochelle, de l’île de Ré et du nord de l’île d’Oléron.

Face à l’avancée des troupes Alliées suite au débarquement en Normandie, la majeure partie des villes du Poitou-Charentes sont libérées les unes après les autres au cours du mois de septembre 1945. Hitler intime l’ordre aux fortifications côtières de résister.

Le littoral Atlantique se transforme en véritable forteresse avec les poches de Royan, Saint-Nazaire ou encore Lorient. À la Rochelle, dès le mois d’octobre 1944, les premières tentatives de négociations sont menées.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 10 mai.



Les commentaires sont fermŽs !