Découvrez L'Hebdo de Charente-Maritime en illimité pour 1€ seulement Découvrir les offres

Mobilité. Les élus plaident pour plus de trains en Charente-Maritime et dans le centre-ouest

Actualités​. L'offre ferroviaire est très insuffisante par rapport à la demande qui ne cesse de croître en quatre ans. En particulier sur l'axe La Rochelle - Surgères - Niort.

Mobilité. Les élus plaident pour plus de trains en Charente-Maritime et dans le centre-ouest
La fréquentation de la gare de Rochefort a bondi de 20,6 % entre 2019 et 2022 - © Archives L'Hebdo 17

La SNCF fait-elle rouler suffisamment de TER dans le centre-ouest de la France ? Pour les présidents des dix intercommunalités du Pôle métropolitain Centre-Atlantique(*), la réponse est assurément non. Réunis lundi 11 décembre à l'hôtel de ville de La Rochelle, ils n'ont pas manqué de plaider pour une offre plus conséquente : "Le train fonctionne, au moins par son usage, et sa fréquentation explose", souligne Jérôme Baloge, président de la Communauté d'Agglomération du Niortais.

+ 64 % à Aigrefeuille

Les chiffres de fréquentation 2019-2022 sur l'axe La Rochelle - Surgères - Niort parlent d'eux-mêmes : +54 % en gare de La Jarrie, +64 % à Aigrefeuille, +19 % à Surgères et +45 % à Mauzé-sur-le-Mignon. Dans une moindre mesure, la fréquentation a aussi augmenté sur les axes La Rochelle - Luçon - Nantes et La Rochelle - Saintes - Bordeaux. "Hélas, la réponse (de la SNCF, N.D.L.R.) est clairement insuffisante", déplore Jérôme Baloge.

L'élu niortais et ses collègues du Pôle métropolitain souhaiteraient l'ouverture de nouvelles gares, notamment dans le nord de la Charente-Maritime à Marans et dans le sud de la Vendée. Ce que ne prévoient pas les Contrats de plan État-Région (CPER) 2023-2027.

Pourtant, "la relation avec la Vendée est essentielle", souligne Jean-François Fountaine, président de la Communauté d'Agglomération de La Rochelle. Pour lui, la situation actuelle n'est pas propice aux échanges entre les entreprises de ce vaste territoire.

"Cela nous concerne tous"

Autre problème : l'abandon par la SNCF du doublement de la voie à hauteur de Lusignan, entre Niort et Poitiers. Une voie empruntée par les TER mais aussi par les TGV : "Cela nous concerne tous, même si c'est a priori hors périmètre, explique Jérôme Baloge. Cela cause des ralentissements, qui font par exemple que La Rochelle est plus loin de Paris en temps aujourd'hui qu'hier." "Il faut la mettre à deux voies mais ça n'avance pas", regrette Jean-François Fountaine.

Sur tous ces sujets, les élus du Pôle métropolitain ont prévu de se faire entendre auprès des Régions Nouvelle-Aquitaine et Pays-de-la-Loire, mais aussi du ministre de la Transition écologique Christophe Béchu.

(*) Dix intercommunalités de Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vendée, soit près de 550 000 habitants.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Mobilité. Les élus plaident pour plus de trains en Charente-Maritime et dans le centre-ouest